Emplois et stages

Pour un étranger, il devient de plus en plus difficile de pouvoir travailler à Trinité-et-Tobago. En effet, en raison du taux de chômage important (8%), les autorités ne délivrent un permis de travail que si la preuve est faite que l’emploi ne peut être exercé par un Trinidadien.

Les principales caractéristiques relatives au marché de l’emploi à Trinité-et-Tobago sont les suivantes :

1) Marché de l’emploi

- Démarches à effectuer : se renseigner auprès des ambassades de Trinité-et-Tobago.

- Pour le secteur de la presse : il convient d’obtenir son permis de travail avant l’arrivée dans le pays.

- Conseils pour la rédaction de CV, lettres de motivation et l’entretien : ils doivent être impérativement rédigés en anglais. Possibilités de cours sur place.

- Secteurs à fort potentiel : secteurs liés à l’industrie pétrolière et au gaz. Professions liées au tourisme.

- Secteurs à déconseiller : agriculture.

- Secteurs non accessibles à un ressortissant étranger : main d’œuvre domestique et la plupart des métiers intermédiaires (notamment dans le bâtiment : maçons, électriciens, charpentiers).

- Salaires : le salaire moyen des Français rémunérés localement varie entre 4 000 et 9 000 DTT/mois selon les fonctions occupées.

2) Autorisation de séjour

- Démarches à accomplir et pièces justificatives à fournir
pour effectuer une mission de courte durée (moins de trois mois) : le visa n’est pas requis pour un Français désirant effectuer un séjour inférieur à 3 mois. Cependant, une autorisation de travail préalable est nécessaire pour les personnes souhaitant travailler à Trinité-et-Tobago, même pour une période de temps limitée (cf. infra).

- Pour un séjour de plus de trois mois : permis de travail (ou éventuellement « permis d’étudiant ») à solliciter auprès de l’ambassade compétente : Bruxelles pour les résidents Français, Miami pour les Départements Français d’Amérique.

- Délai et conditions d’obtention d’un permis de travail :
très variable (entre 1 mois et 4 mois). La procédure doit être engagée par l’employeur local. Le marché local offrant une panoplie assez large de corps de métier, le recours à des compétences étrangères (américaines, britanniques, la plupart du temps) est limité. Il est fortement conseillé de faire appel à un avocat pour s’occuper de la procédure et du suivi.
Le permis de travail n’est pas requis pour l’exercice d’une activité à titre bénévole.

- Formalités d’entrée pour le conjoint ou le concubin : le conjoint peut obtenir un visa d’accompagnant qui ne lui permet pas de travailler.

3) Législation trinidadienne :

- Durée du travail : le temps de travail est généralement de 8h par jour (hors pause déjeuner), réparti sur 5 jours (ce temps de travail n’est cependant pas légiféré).

- Nombre de jours fériés payés : les « Public holidays » sont officiellement au nombre de 15 (s’y ajoutent de fait les 2 jours de Carnaval, Lundi et Mardi Gras, fin février ou début mars).

- Durée des congés annuels payés : variable suivant les entreprises et l’ancienneté de l’employé. A partir de 2 semaines par an de congé payé pour chaque année accomplie.

- Durée des congés maladie payés : l’employé sera indemnisé par le « Fonds national d’assurance » à compter de la 4ème journée d’absence pour cause de maladie. Il est autorisé à s’absenter 15 jours par an pour raison de maladie (en pratique, ces 15 jours sont rémunérés par l’employeur).

- Durée des congés payés de maternité : l’employée a droit à 13 semaines de congé (à partir de la 6ème semaine avant la date prévue d’accouchement) ; elle a droit à être indemnisée par le « Fonds national d’assurance » (« National Board Insurance ») ; en pratique, il n’est pas rare que l’employeur la rémunère régulièrement pendant cette période.

- Salaire minimum (en euros) : 9 DTT par heure (soit 1,12 € /h).

- Durée de la période d’essai : en général 3 mois.

- Durée de préavis en cas de rupture de contrat et indemnités : aucun préavis, ni aucune indemnité pendant la période d’essai. En général un mois de préavis hors période d’essai. Les indemnités sont réglementairement calculées comme suit :
* entre 1 et 5 ans de service : un demi-salaire mensuel par année de service
* au delà de 5 ans de service : ¾ de salaire mensuel par année de service.
En pratique, les indemnités versées par les entreprises privées à leur employé partant sont négociées et, par conséquent, plus généreuses (sauf en cas de licenciement pour faute professionnelle grave).

- Age légal de départ à la retraite : il n’y en a pas. Cependant, l’employé est admis à faire valoir ses droits à la retraite auprès de l’organisme compétent (la « NIB ») à la date-anniversaire de ses 60 ans.

- Cotisations sociales à la "National Insurance Board" :
part patronale (2/3) - part salariale (1/3)

4) Fiscalité

- Date et lieu de dépôt des déclarations de revenus et types d’imprimés à utiliser : « Board of Inland Revenue (BIR) », Trinidad House, St. Vincent Street, Port of Spain, Tel. +1 (868) 623 11 30. L’imprimé récapitulatif (TD 4) doit être remis par l’employeur à l’employé et au « BIR » au plus tard le dernier jour du mois de février pour les revenus perçus l’année précédente.

- Modalités de paiement des impôts : pour le salarié : système « PAYE » (« Pay as you earn ») à la charge exclusive de l’employeur suivant un prélèvement à la source sur le salaire de l’employé. Déclarations dans les autres cas (activité non salariée, société).

- Barème de l’impôt sur le revenu des personnes physiques et morales : le barême de l’impôt comporte une seule tranche (25 %) avec un abattement de 60 000 dollars (8 000 euros).

- Taux d’imposition des plus-values : 25% jusqu’à 50 000 DTT ; 35% au-delà.

- Taux d’imposition des revenus financiers pour les personnes physiques et les entreprises : cf. ci-dessus pour les personnes physiques. Les entreprises sont, pour leur part, taxées à 25%, sauf les entreprises pétrolières (55%).

Dernière modification : 18/10/2006

Haut de page